b. Concept et objectifs scientifiques

1. Contexte

Musenor a organisé en 2007 une série d’événements et d’expositions réunis sous le thème Feuille à feuille, estampe et images imprimées dans les collections des musées du Nord – Pas de Calais. Une trentaine d’expositions ont vu le jour, réparties dans une quinzaine de musées du nord de la France. Fort de ce premier succès, Musenor s’est lancé dans un nouveau projet autour, cette fois, du dessin.

Musenor a en outre souhaité élargir ses partenariats à la Belgique. Des collaborations scientifiques avec les universités, des projets de publications et des outils de communication performants donnent à l’ensemble du projet une cohérence et une qualité indéniables.

2. Axes majeurs

  • Valorisation des collections
  • Pourquoi le dessin ?
  1. De l’esquisse jetée nerveusement au dessin abouti à la ligne soignée, de la dimension patrimoniale à la création contemporaine, le choix de la thématique du dessin permet de croiser de nombreux champs de réflexion et de pratique.
  2. La dimension transdisciplinaire (beaux-arts, architecture, botanique, zoologie, anatomie, sciences appliquées, industrie…) permet en outre de mettre en lumière l’aspect universel du dessin.
  • Les étapes du projet 2008-2012

Les années 2008 et 2009 ont été consacrées à l’inventaire des collections et à la définition de l’ensemble du projet, pour aboutir à un programme d’expositions temporaires à l’automne 2011. Pluridisciplinaire, l’opération comprend une réflexion sur la médiation culturelle, les publications et la recherche scientifique.

  • 2008-2009 : phase de pré-inventaire et d’inventaire.
  • Hiver 2011 : colloque organisé en collaboration avec les universités des régions Nord et Picardie et l’ULB : Espace du dessin/Espaces dessinés
  • Automne 2011-février 2012 : présentation des expositions temporaires dans les musées.
  • Expositions

Chaque musée organise une exposition à partir de ses collections, dont la diversité et la complémentarité donneront toute sa cohérence à la programmation. L’idée fédératrice du projet est de favoriser les prêts entre les différents établissements.

  • Publications

Une revue consacrée au dessin dans ses multiples facettes a été créée pour soutenir le projet. Deux numéros de 160 pages de la revue Cursif sont prévus entre 2011 et 2012.

Par ailleurs, chaque musée édite un catalogue d’exposition.

  • Communication et multimédia
  • Des outils de communication communs

Pour favoriser la circulation des publics et la compréhension immédiate du projet, Musenor souhaite communiquer en amont avec une identité graphique clairement définie.

  • Le site Musenor et le blog

Le site Musenor (www.musenor.com) développera un mini site spécifique consacré au dessin.

Sur une proposition de l’artiste Philippe Richard, un blog intitulé “C’est quoi le dessin ?” sera mis en place. Chacun pourra y mettre en ligne un dessin qui correspond le mieux à sa définition personnelle : un architecte ou un médecin n’ont en effet pas la même vision…

3. Participation de l’Université libre de Bruxelles

La participation au projet de Musenor représente une opportunité intéressante d’associer l’ULB à un événement culturel d’envergure, par l’intermédiaire du Réseau des Musées de l’ULB.

  • La dimension patrimoniale : la préparation de ce projet sera l’occasion de dresser un inventaire complet du patrimoine dessiné (et, à sa suite, imprimé et peint) des collections universitaires.
  • L’exposition induit l’exploitation scientifique des collections et une visibilité accrue de notre patrimoine, tant au sein de la communauté universitaire qu’à l’extérieur.
  • Les partenariats interuniversitaires en seront renforcés, puisque l’Université de Picardie (Lille III) participe activement au projet « Dessiner-Tracer ».
  • La mise en relation avec des lieux culturels majeurs constitue une autre opportunité :
  1. En France : Le Cateau-Cambrésis – Musée départemental Matisse, Palais des Beaux-arts de Lille, Musées des Beaux-arts de Calais, …
  2. En Belgique : le Musée Félicien Rops de Namur, Le Réseau des Musées de l’ULB.
  • Enfin, cette exposition est l’occasion de nouvelles opportunités de stages pour les étudiants en Gestion culturelle et en Histoire de l’Art :
  1. Expositions, communication, médiation culturelle, publications et multimédia, colloque seront autant d’occasions d’intégrer nos étudiants au montage d’événements culturels.
  2. Sous l’égide des conservateurs, des stages peuvent être envisagés dans les musées dès la rentrée universitaire 2009-2010 et jusqu’en 2011-2012. Des sujets d’étude peuvent être proposés aux étudiants en Master, en lien avec le dessin sur des corpus d’œuvres précis ou encore des problématiques définies avec les professeurs et les professionnels des musées.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s