a. Les acteurs

1. Les Musées de l’Université libre de Bruxelles

Le Réseau des Musées de l’ULB fédère 12 musées de l’Université, répartis sur 4 campus bruxellois (Auderghem, Érasme, Plaine, Solbosch) et 2 sites wallons (Charleroi-Parentville, Treignes) 

À ces 12 musées, il faut ajouter des collections universitaires pas ou difficilement accessibles au public (cartothèque géographique, instruments électriques anciens, moulages en plâtre, numismatique, entre autres), sans parler des collections dont l’existence demeure encore ignorée…

Si chacun de ces 12 musées est le résultat d’une histoire particulière parfois ancienne, le Réseau des Musées de l’ULB est une association de fait née en mai 2003. Mais tout a en réalité commencé durant l’année académique 2001-2002, au cours de laquelle le Recteur de l’époque, Pierre de MARET, a organisé trois Journées des Musées de l’ULB. L’objectif de cette opération était de permettre aux acteurs impliqués dans les diverses initiatives muséales de l’Université de mieux se connaître et de découvrir les réalisations de chacun d’entre eux. Une des propositions formulées lors de la séance de clôture de ces journées était la création d’un réseau des musées de l’ULB, notamment lieu de rassemblement des forces et des moyens, lieu fédérateur d’initiatives, outil de renouvellement de la pédagogie et lieu d’apprentissage.

En mai 2003, Diana GASPARON (alors au Musée de la Médecine) a pris l’initiative de réunir les différents responsables des musées afin de concrétiser la mise en place du Réseau. Depuis lors, ces 12 musées se rencontrent mensuellement et ont établi ou réalisent des projets communs, comme les Dimanches des Musées de l’ULB (2004-2007) ou l’exposition ULBulles. Les Musées de l’ULB accueillent la BD (Salle Allende, 23.10-07.11.2009).

La motivation qui sous-tend les projets du Réseau est le désir réel de faire rencontrer au public deux types d’institutions aux visages très proches : le Musée et l’Université. En effet, outils de recherche et de progrès et gardiens du patrimoine, musée et université sont aussi les conciliateurs de l’art et de la science, domaines trop souvent considérés comme antagonistes. Les Dimanches des musées de l’ULB ont constitué la première concrétisation de ce souhait de voir collaborer ces deux acteurs des scènes culturelle, scientifique et pédagogique, dans le but de partager avec le public leurs connaissances et leurs acquis.

Enfin, en tant qu’association de fait, le Réseau adhère à diverses associations de musées, nationales et internationales, tels le Conseil bruxellois des Musées (CBM – www.brusselsmuseums.be), l’Association francophone des Musées de Belgique (AFMB – http://afmb.museum), ou encore le Comité international pour les Musées universitaire (UMAC – http://publicus.culture.hu-berlin.de/umac) de l’ICOM (http://icom.museum).

2. Musenor

De l’automne 2011 à l’automne 2012, l’Association des Conservateurs des Musées du Nord-Pas de Calais conçoit, en collaboration avec l’Association des Conservateurs des Musées de Picardie, le réseau des musées de l’Université Libre de Bruxelles, le musée de Namur, le Fonds régional d’art contemporain de Picardie, le réseau 50° nord et l’Université Lille 3, un programme intitulé Dessiner- Tracer. S’appuyant sur l’inventaire des collections publiques de dessin, Dessiner-Tracer donne lieu à l’organisation de 40 expositions dans 20 musées et le frac picardie. Une revue, intitulée Cursif, rend compte de la richesse du projet. De la dimension patrimoniale à la création la plus contemporaine, Dessiner-Tracer s’adresse à tous les publics avec des actions de médiation spécifiques (ateliers mobiles, édition d’un livret du petit visiteur, colloque). Durant une année, Dessiner-Tracer envisage le dessin dans tous ses états : artistique, scientifique, éducatif et ludique.

Créée en 1975, l’Association des Conservateurs des Musées du Nord-Pas de Calais ACMNPC – Musenor) est une section fédérée de l’Association générale des Conservateurs des Collections publiques de France. Elle regroupe près de cinquante conservateurs et attachés de conservation travaillant dans une quarantaine de musées de la région.

À propos de l’Association des Conservateurs des Musées du Nord – Pas de Calais

  • Un réseau de 50 conservateurs actifs dans 40 musées du Nord-Pas de Calais. Une région riche en musées qui accueillent ensemble 1 200 000 visiteurs par an.
  • Près de 40 années d’expérience au service de projets d’envergure parmi lesquels Les Beffrois de la Culture en 2004.
  • Une mise en valeur d’un patrimoine régional exceptionnel et divers (Beaux-arts, art moderne et contemporain, ethnologie, sciences et techniques, archéologie) à travers les expositions « Trésors des musées du Nord de la France ». L’ACMNPDC a à son actif, dix-huit inventaires « Trésors des musées du nord de la France ».
  • Un site Internet, www.musenor.com, qui regroupe l’actualité de près de 50 musées, une base de données de 27 000 oeuvres et des expositions virtuelles.
  • L’ACMNPDC est reconnue et soutenue par l’ensemble des partenaires publics (Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC, Direction des Musées de France, Conseil régional du Nord-Pas de Calais, Conseil général du Nord, Conseil général du Pas de Calais, Communauté européenne, ville de Roubaix, Education Nationale) et par des mécènes privés.

Les principales missions de l’Association des conservateurs des musées du Nord-Pas de Calais :

– Valoriser les collections des musées du Nord-Pas de Calais

– Promouvoir les musées et leurs expositions, participer au développement des publics

– Animer le réseau des musées, mettre en place des actions collectives et de coopération

– Représenter la profession de conservateurs des musées auprès des partenaires publics et privés.

23 Grand Place – 59100 Roubaix

03 28 33 66 50

www.musenor.com

Depuis sa création, l’Association des Conservateurs des Musées du Nord-Pas de Calais organise des actions destinées à faire connaître la richesse et la diversité des collections. Elle a, à son actif, dix-huit expositions sous le titre général de Trésors des musées du nord de la France.

L’Association est, depuis 1992, le maître d’œuvre de l’informatisation des collections des musées de la région. Dans ce cadre, elle a également entrepris une campagne d’inventaire, de numérisation et de valorisation des collections conservées dans ces musées. En 1999, l’Association a créé la base de données Musenor, qui présente des œuvres des musées du Nord-Pas de Calais. Elle s’adresse aussi bien aux professionnels et amateurs d’art qu’au grand public. L’Association des conservateurs organise chaque année des campagnes photographiques afin d’enrichir cette base.

La portée scientifique des actions de l’Association réside précisément dans la convocation des savoir-faire. C’est en effet la pluralité des compétences qui permet aux expositions de la série Trésors des musées du nord de la France de couvrir un champ de l’histoire de l’art particulièrement large, tout en développant, chaque fois, un discours cohérent. Les expositions qui se sont tenues jusqu’aujourd’hui et les publications dont elles ont fait l’objet ont nécessité un regard attentif sur les collections des musées concernés, dans le sens d’une plus grande connaissance du patrimoine existant.

L’Association des Conservateurs aborde en outre les questions les plus actuelles des musées : publics, animation, tourisme, information, diffusion ; elle s’apprête à accueillir dans son réseau le Louvre Lens en 2012.

Participant au développement culturel, social et touristique de la région, elle est reconnue et soutenue par l’ensemble des partenaires politiques : le Ministère de la Culture et de la Communication (D.R.A.C., D.A.P), le Conseil régional du Nord-Pas de Calais, le Conseil général du Nord, le Conseil général du Pas-de-Calais, la Communauté européenne et la ville de Roubaix.

 Le projet Dessiner-tracer. Le dessin dans tous ses états

Dans la suite de la trentaine d’expositions organisées par Musenor en 2007, sous le titre Feuille à feuille, estampe et images imprimées dans les collections des musées du Nord-Pas de Calais, Musenor a choisi, en 2012, de se consacrer au dessin et d’élargir ses partenariats à la Belgique , notamment via des collaborations scientifiques avec des universités, des projets de publications et des outils de communication performants.

Dessiner-tracer consiste en trois déclinaisons :

  • un programme d’expositions temporaires présentées dans les musées partenaires de l’automne 2011 à février 2012 ;
  • un symposium consacré au dessin, au LAM (Musée d’Art Moderne et Contemporain de la ville de Lille à Villeneuve d’Ascq), du 8 au 10 décembre 2011 ;
  • la publication de 2 numéros de la revue Cursif.

Sur le plan de la communication, des outils communs seront créés (site internet, etc.), avec une identité visuelle clairement définie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s